COMMENT LIMITER L’INFLAMMATION GRÂCE À L’ALIMENTATION ?

COMMENT LIMITER L’INFLAMMATION GRÂCE À L’ALIMENTATION ? | DIJO l'expert du ventre, de la digestion et des probiotiques

Qu’est-ce que l’état inflammatoire ?

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, l’inflammation est une chose normale. C’est même souvent une très bonne chose. En effet, elle permet à l'organisme de combattre les agents pathogènes qui pourraient croiser sa route. L’inflammation est donc une réaction défensive du corps qui doit être ponctuelle et passagère. En revanche, lorsque celle-ci devient chronique, c’est là que les problèmes commencent… Cela peut entraîner des douleurs chroniques (muscles, articulations, maux de tête…), une prise de poids, de la fatigue, des troubles de l’humeur, des troubles gastro-intestinaux, des infections fréquentes et des risques plus élevés de développer certaines maladies chroniques,  notamment les maladies cardiovasculaires et intestinales, mais aussi le diabète, l’arthrite, le cancer, etc. 


Quels sont les facteurs favorisant l’inflammation chronique ?

- le stress oxydatif qui résulte d’un déséquilibre entre radicaux libres (molécules instables qui oxydent les cellules et nocives lorsqu’elles sont en excès) et antioxydants (molécules neutralisant les radicaux libres en excès) 

- un déséquilibre acido-basique : souvent en lien avec notre mode de consommation, le pH de l’organisme devient trop acide, ce qui favorise le développement de certaines maladies.

- une consommation excessive d’aliments pro-inflammatoires (source d’inflammation) comme les mauvaises graisses (acides gras saturés et acides gras trans), l’excès de sucres, l’excès oméga 6 (produits laitiers, viande, œuf) par rapport au oméga 3 (poissons gras, huile de lin et de noix), l’excès de lactose et l’excès de gluten.


Bon ça fait beaucoup… Mais pas de panique, selon une étude menée par la Havard Medical School, l’une des meilleures façons de diminuer l’inflammation dans notre organisme est l’alimentation. En effet, certains aliments au caractère antioxydant et anti inflammatoire ont des effets considérables. Ils aideraient notamment à rééquilibrer le microbiote intestinal en favorisant les bonnes bactéries, très impactées par l’état inflammatoire. Mais aussi à neutraliser les radicaux libres en excès, responsables du vieillissement de nos cellules grâce aux antioxydants qu’ils contiennent.


Quels sont ces aliments aux supers pouvoirs ?

  • Les fruits et les légumes : ils sont riches en fibres et en antioxydants (souvent contenus dans les pigments de l’aliment) donc idéaux pour le microbiote intestinal et l’équilibre acido-basique. Et les plus intéressants pour combattre l’état inflammatoire sont les fruits rouges et les légumes crucifères comme les brocolis, les choux-fleurs, le chou rouge etc.
  • Les poissons gras : ils contiennent des oméga 3, des lipides aux vertus anti-inflammatoires. On les retrouve surtout dans le maquereau, les sardines, le saumon ou encore le hareng.
  • Les différentes huiles : elles sont parfaites pour faire le plein d’oméga 3. À ajouter dans vos vinaigrettes l’huile de colza, de lin, de chanvre et de noix sont parfaites pour réduire l’inflammation. Attention, on évite de les chauffer au risque de perdre tous leurs bienfaits.
  • Le curcuma : cette épice contient des curcuminoïdes, des molécules inhibant partiellement l’inflammation. Intégrez-le dans vos plats chauds ou même dans vos vinaigrettes pour twister une salade un peu fade. 
  • Les légumineuses : lentilles, pois chiches, haricots secs etc., sont de véritables pépites nutritionnelles. Elles contiennent beaucoup de fibres, bonnes pour le microbiote intestinal, et des flavonoïdes, des molécules anti-inflammatoires. Pour profiter de leur bienfaits, il est recommandé d’en consommer au moins 2 à 3 portions par semaine. 
  • Le chocolat noir minimum 75-80 % de cacao afin de profiter des bienfaits du chocolat sans augmenter sa consommation de sucre. Plus il y a de cacao, plus le chocolat contiendra des polyphénols, molécules aidant à réduire le stress oxydatif.
  • Les oléagineux : comme les noisettes, les amandes, les noix etc, elles contiennent un bon nombre de phytostérols et d’antioxydants phénoliques. Une seule poignée par jour, soit environ 30 g, permet de bénéficier de leurs bienfaits anti-inflammatoires.
  • Les céréales complètes : grâce à leur teneur en fibres, elles contribuent au bon équilibre du microbiote et de la glycémie (taux de sucre dans le sang) avec leur index glycémique bas. 
  • L’eau, qui compose à 70% le corps humain. Il faut donc l’hydrater pour permettre à tous les organes de fonctionner correctement. Cerise sur le gâteau ? Boire de l’eau favorise le renouvellement cellulaire et l’élimination des toxines.

Évidemment, le but n’est pas de consommer uniquement ces aliments pour être en bonne santé. La clé est de manger varié ET diversifié en essayant d’intégrer au maximum ces aliments dans votre régime alimentaire. 


TIPS BONUS POUR RÉDUIRE L’INFLAMMATION

Notre Routine intestins en béton associe 3 produits pour prévenir l’inflammation de tout l’organisme :

- Première étape, on soutient le fonctionnement du foie pour l'aider à mieux éliminer les toxines et déchets présents dans l'organisme avec Détox foie

- Deuxième étape, on renforce ses intestins en profondeur grâce à l'association de L'Indispensable probiotiques et de la Glutamine. Combinés, ils permettent tous deux de soutenir la fonction intestinale et de restaurer la barrière intestinale, empêchant ainsi les molécules étrangères de pénétrer dans l’organisme et créer de l’inflammation. 


Sources : 

[1] Foods that fight inflammation, Harvard Medical School, août 2020

[2] Christ A, Lauterbach M, Latz E. Western diet and the immune system: an inflammatory connection. Immunity. 2019 Nov 19;51(5):794-811.

[3] Vazhappilly CG, Ansari SA, Al-Jaleeli R, Al-Azawi AM, Ramadan WS, Menon V, Hodeify R, Siddiqui SS, Merheb M, Matar R, Radhakrishnan R. Role of flavonoids in thrombotic, cardiovascular, and inflammatory diseases. Inflammopharmacology. 2019 Oct;27(5):863-9.

[4] Bailey MA, Holscher HD. Microbiome-mediated effects of the Mediterranean diet on inflammation. Advances in Nutrition. 2018 May 1;9(3):193-206.