Lien entre microbiote & endométriose

dijo-endométriose-traitement | endometriose-endometriose-symptôme-endometriose-digestive-endometriose-traitement-microbiote-intestinal-microbiote-def-maux-de-ventre-crampes-abdominales-problème-de-transit-problèmes-de-transit

50% c’est la part des femmes atteintes d’endométriose qui souffriraient de symptômes digestifs. 

Pour rappel, l’endométriose est définie par des lésions (de cellules similaires à celles de l’endomètre) qui migrent dans le corps à des endroits où elles ne devraient pas être. Ces lésions peuvent former kystes, adhérences entre les organes et surtout de l’inflammation. L’endométriose est donc une maladie inflammatoire. L’inflammation entraînant un dysfonctionnement du système immunitaire (dont le système digestif), il est donc essentiel de prendre soin de son microbiote intestinal. C’est en ce sens que la prise de probiotiques peut soulager ces symptômes digestifs et aider à traiter l'inflammation.
Avec le Lab de l’Endo, nous nous sommes donc penchés sur ce sujet !

Quel lien peut-il y avoir entre le Microbiote et l’Endométriose ?

Le Microbiote se définit, selon l'Inserm, comme ceci : "Notre tube digestif abrite pas moins de 1012 à 1014 micro-organismes, soit 2 à 10 fois plus que le nombre de cellules qui constituent notre corps. Cet ensemble de bactéries, virus, parasites et champignons non pathogènes constitue notre microbiote intestinal (ou flore intestinale). Son rôle est de mieux en mieux connu et les chercheurs tentent aujourd’hui de comprendre les liens entre les déséquilibres du microbiote et certaines pathologies, en particulier les maladies auto-immunes et inflammatoires."
L‘endométriose est une maladie gynécologique complexe, inflammatoire, hormono-dépendante, multi-factorielle, souvent invalidante. Ses facteurs d’apparition et ses mécanismes physiopathologiques sont mal élucidés. Son traitement est actuellement peu satisfaisant et de nombreuses recherches sont en cours.
L'inflammation de l'endométriose en lien étroit avec l'écosystème intestinal ?
L’inflammation est un facteur fondamental aggravant la maladie. Elle est le plus souvent chronique, dite métabolique de bas grade et sa résolution est au cœur de la tentative pour soulager les femmes atteintes. Cette inflammation permet de faire le lien avec l’écosystème intestinal. Celui-ci est composé du mucus, de l’épithélium intestinal et du microbiote. Il est en dialogue constant avec le système immunitaire. Ce qui favorise la maladie est la rupture du dialogue harmonieux entre l’hôte, son intestin et son microbiote. Ceci déclenche une perte de la perméabilité sélective, une altération du mucus protecteur et la stimulation du système immunitaire et de l’inflammation qui l’accompagne.

Le lien entre dysbiose & endométriose.

Le lien entre les dysbioses (intestinales, vaginales…) et l'endométriose est un sujet de recherche émergent et les publications sur ce sujet sont très récentes. Il y a pour le moment très peu d'études de supplémentation par des probiotiques de femmes atteintes d'endométriose.
Cependant une méta analyse récente  a montré qu’une supplémentation en probiotiques avec certaines souches appropriées peut aider à diminuer l’inflammation impliquée dans certaines pathologies chroniques et inflammatoires, comme l’endométriose.
En complément, une alimentation de type anti-inflammatoire reste cependant indispensable ainsi qu’éventuellement certains compléments alimentaires. Retrouvez tous les conseils pour mieux comprendre et mieux gérer votre endométriose sur le Lab de l’Endo .

Les probiotiques en réponse à la dysbiose du microbiote, pour réduire l'inflammation de l'endométriose ?

L’implantation ectopique (qui n’est pas à sa place) de tissus endométriaux pourrait refléter un système immunitaire « trop tolérant » et l’apport de souches probiotiques pourrait aider à corriger ce déséquilibre immunitaire, en apportant une solution intéressante comme agent thérapeutique. Les probiotiques sont définis par l'OMS comme des « micro-organismes vivants qui, lorsqu'ils sont ingérés en quantité suffisante, exercent des effets positifs sur la santé, au-delà des effets nutritionnels traditionnels ».
Leurs effets bénéfiques au niveau de l’écosystème digestif sont généralement attribués à la normalisation de la perméabilité intestinale, la restauration de la flore intestinale, l’amélioration de la fonction intestinale de barrière immunologique et la régulation négative de la réponse immunitaire intestinale pro-inflammatoire.

L’endométriose étant une maladie inflammatoire et l'inflammation entraînant un dysfonctionnement du système immunitaire (dont le système digestif), il est essentiel de prendre soin de son microbiote intestinal. C’est en ce sens que la prise de probiotiques peut aider à : traiter l'inflammation, éliminer efficacement les toxines, diminuer les maux de ventre liés aux ballonnements, diarrhées, constipations, ou encore réduire les symptômes du syndrome du côlon/de l'intestin irritable. La cure L'Indispensable probiotiques  vous permettra de faire le plein de bonnes bactéries et ainsi de limiter les troubles digestifs. Pour des intestins inflammés, nous recommandons une cure sur 3 mois. 

Pour les personnes atteintes du syndrome de l'intestin irritable nous recommandons la Routine Intestins en béton, pour une action complète au niveau du foie, du microbiote et de la paroi intestinale.
Rédaction en partenariat avec Le Lab de l’Endo Par Dr Xavier Campana - Co-Fondateur de La Maison du Microbiote 
Source : OM