Ton Bilan FEMME ENCEINTE

Panier

Ton Bilan On t’explique tout sur la grossesse

Donner la vie, c’est merveilleux ! Mais la grossesse est souvent accompagnée de son petit lot de changements (plus ou moins gênants selon les cas et le degré de tolérance de la future maman).

QUELS CHANGEMENTS DURANT LA GROSSESSE ?

+ -

Le miracle de la vie : une vraie cascade de réactions physiologiques et anatomiques !
Eh oui, tu n’es plus seule dans ton corps et mini-toi a besoin de certaines choses pour se développer : nutriments, eau, espace SPA détente jacuzzi… On fait un petit tour d’horizon rapide de ce qui se passe, là-dedans, en particulier au niveau de ta flore vaginale et de ton système digestif 😊

1. La foire aux hormones
Certaines hormones vont diminuer au profit d’autres, selon leurs rôles et leur intérêt dans le déroulé de la grossesse. La progestérone, par exemple, va augmenter pendant le 1e trimestre pour aider à construire la muqueuse de l’utérus et permettre l’augmentation de la circulation sanguine dans les seins et la région pelvienne. Mais cette dernière peut également entrainer une fatigue importante, des problèmes digestifs et des sautes d’humeur… Ainsi qu’un teint resplendissant ! Les nausées matinales peuvent être liées à l’augmentation des œstrogènes, qui favorisent la croissance du placenta, ou encore à l’HCG (la fameuse hormone de grossesse détectée par les tests urinaires). En somme : la grossesse entraîne une espèce de double-effet kiss cool hormonal ! Toujours à cause des hormones, le goût et l’odorat seront modifiés, pouvant induire là aussi le dégoût mais également en partie les fameuses envies (de fraises ou de tartiflette, personne ne juge).



2. Des petits soucis digestifs : gaz, constipation, nausées, reflux acides…
La grossesse n’est pas toujours très funky d’un point de vue gastrique ou intestinal. Nous l’avons dit, certaines hormones vont augmenter dès les premiers jours. Mais le cerveau et le foie, eux, ça leur donne la nausée ! Ce festival hormonal va donc entraîner, dans de nombreux cas, une sensation d’écœurement et une surcharge hépatique qui conduiront aux fameuses nausées/vomissements qu’on connut de nombreuses femmes enceintes. Le tonus musculaire du tube digestif va également être ralenti, pouvant entraîner des reflux acides et des gaz ou de la constipation (encore plus notables en fin de grossesse lorsque bébé prend ses aises et que les organes se retrouvent sans-dessus-dessous, notamment lorsque l’utérus va faire pression sur l’estomac).



Nos conseils pour éviter les troubles digestifs :


#1 - Si tu es constipée, pense à manger des fibres (en variant pour optimiser la tolérance digestive, ne t’envoie pas 5kg de carottes râpées même si ça te donne bonne mine…).

#2 - Hydrate-toi bien et n’hésite pas, dans la mesure du possible, à rester en mouvement (balade, natation, yoga prénatal, …).


#3 - Certains aliments peuvent t’aider à lutter contre la nausée, comme le gingembre (frais, confit, en tisane) ou le citron qui pourront aider un peu ton foie, ou la fleur de mauve pour accompagner ton transit. L’eau richement minéralisée (comme l’Hépar) peut également t’aider sur ce dernier point.




3. Point sur les maladies chroniques

Syndrome de l’intestin irritable
Si tu es atteinte de SII (quelle que soit la forme de ce dernier – C/D/Mixte), la grossesse peut jouer sur tes symptômes. Il n’y a pas de lien clairement établi entre grossesse et SII mais sois rassurée, à priori il n’aura pas d’impact négatif sur la santé de bébé. Par contre, si tu décides d’entamer un régime pauvre en FODMAPs ou si tu appliques déjà la méthode, être enceinte est une raison supplémentaire d’être suivie et accompagnée par un(e) professionnel(le) certifié(e) !

Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin
Si tu es traitée pour une MICI (maladie de Crohn, rectocolite hémorragique) ou du SIBO, il sera important d’échanger avec les spécialistes (gastro-entérologue, gynécologue ou obstétricien(ne)) à propos de ton projet grossesse.

LE RÔLE DE LA FLORE VAGINALE

+ -

La cavité vaginale est loin d’être aseptisée. Bien au contraire, elle est colonisée par une grande quantité de bactéries, dont les lactobacilles qui prédominent et assurent le maintien de ce fragile écosystème. Elles assurent le maintien du pH acide naturel (entre 3,8 et 4,2), forment un biofilm protecteur et produisent des substances qui inhibent la prolifération de mauvaises bactéries. En cas de déséquilibre de la flore, on observe une diminution de la population de lactobacilles au profit d’une flore polymicrobienne.

L’équilibre est fragile et tout un tas de facteurs, externes et internes, peuvent le modifier : stress, fatigue, port de vêtements synthétiques ou trop serrés, médicaments, hygiène inadaptée ou bien encore – surprise – les facteurs hormonaux naturels dont ceux liés à la grossesse. Être enceinte, et donc soumise aux perturbations hormonales, te rend donc davantage sujette aux modifications de la flore vaginale et donc plus vulnérable aux virus et bactéries pathogènes.

Tu pourras suspecter une dysbiose vaginale si tu observes une ou plusieurs manifestations anormales de ton intimité (mauvaises odeurs, pertes grisâtres, démangeaisons, picotements ou douleurs), qui seront autant de signaux qui doivent t’encourager à aller consulter. Une dysbiose peut entraîner des infections comme la vaginite, la vaginose, une mycose, des cystites à répétition, d’autant plus problématiques lorsque l’on est enceinte. Il est donc essentiel d’identifier et traiter le problème s’il survient.

Pour soigner et rééquilibrer ta flore intime, plusieurs options sont à considérer, dont la plus importante : la prise de probiotiques dédiés ! La cure Flore vaginale probiotiques contient 3 souches sélectionnées pour leur rôle majeur dans l’équilibre de la flore vaginale.

LE RÔLE DE LA FLORE INTESTINALE

+ -

Bébé, in-utéro, a un intestin stérile, il part d’une page blanche. La naissance est l’événement clé dans le processus de transmission de la flore de la maman au bébé. Si tu accouches par voie basse, tu transmettras alors ta flore (vaginale et périnéale en majorité) à ton enfant et tu lui permettras de commencer à se constituer son propre microbiote ! Si tu accouches par césarienne, ce sont d’autres micro-organismes qui seront alors absorbés (ceux de l’environnement de naissance – peau maternelle, air, personnel soignant).
Les études ont montré que les bébés nés par césarienne présentent ensuite davantage de pathologies, comme l’asthme ou l’allergie. L’une des raisons évoquées par les chercheurs, et creusée avec beaucoup d’intérêt par la communauté scientifique, est qu’une flore maternelle de qualité permettra à l’enfant de constituer un système de défense efficace et d’être plus à même de différencier les bonnes des mauvaises bactéries. Des essais ont même été menés dans certaines maternités dans lesquelles des bébés nés par césarienne ont été mis en contact avec la flore vaginale et périnéale de leur mère afin de déterminer si leur microbiote se développe aussi bien que celui d’un bébé né par voie basse. In fine nous n’avons pas encore toutes les réponses, l’impact du mode de naissance sur le microbiote alimente toujours de nombreux débats au sein de la communauté scientifique. Bien entendu sois rassurée, si tu n’as pas accouché par voie basse, tu n’as pas ruiné le système immunitaire de bébé, beaucoup d’autres facteurs entrent en ligne de compte (et pas seulement à la naissance) pour lui permettre d’avoir un microbiote de champion(ne). Idem si tu souffres de dysbiose, ça ne signifie pas que tu vas dérégler l’enfant d’entrée de jeu, mais à l’idéal pour toi comme pour lui, il est conseillé d’être à l’écoute de tes intestins et de corriger un éventuel déséquilibre que tu aurais identifié.

Pour renforcer ton microbiote, il est recommandé :
- De consommer des aliments et boissons pré/probiotiques (riches en fibres, fermentés – attention à certains kéfirs et kombuchas qui peuvent contenir de l’alcool),
- De t’hydrater correctement,
- De réduire autant que possible les sources de stress et d’anxiété qui nuisent à la bonne santé intestinale (et à ton bien-être général)
- De pratiquer une activité physique adaptée (on ne parle pas d’un marathon bien entendu)
- De prendre des probiotiques en complément. La cure L’Indispensable probiotiques permettra de renforcer ton microbiote intestinal et de limiter les troubles digestifs.

ET LES PROBIOTIQUES DANS TOUT ÇA ?

Ta flore vaginale et ta flore intestinale ont besoin de renfort !

Routine flore intime probiotiques naturels DIJO

Pendant la grossesse, il est important de favoriser une flore intestinale et vaginale de qualité pour ton bien-être et celui du bébé.

Être enceinte, et donc soumise aux perturbations hormonales, te rend davantage sujette aux modifications de la flore vaginale et donc plus vulnérable aux virus et bactéries pathogènes. De plus tout ton système digestif est perturbé pendant la grossesse (changements hormonaux et bébé qui prend de plus en plus de place dans le ventre) ce qui peut donner lieu à des troubles digestifs : gaz, constipation, remontées acides…
La Routine Flore Intime au top associe la cure Flore vaginale probiotiques pour maintenir l’écosystème vaginal et de renforcer son effet barrière à la surface du vagin, et la cure L’Indispensable probiotiques pour agir sur le microbiote intestinal et réduire les troubles digestifs. Il est également important que tu entretiennes ta flore intestinale et vaginale pour ton bébé. Si tu accouches par voie basse, tu transmettras alors ta flore (vaginale et périnéale en majorité) à ton enfant et tu lui permettras de commencer à se constituer son propre microbiote !

Routine flore intime au top

€72,00 €80,00