Ton Bilan LA RECTOLITE HÉMORRAGIQUE

Panier

Ton Bilan On t’explique tout sur la Rectolite Hémorragique

DE QUOI S’AGIT-IL ?

+ -

La rectocolite hémorragique (RCH) fait partie des MICI. On dirait un personnage de dessin animé mais que nenni, il s’agit d’un acronyme pour « Maladies Inflammatoires Chroniques de l’Intestin ». Au maximum la maladie affecte l’ensemble du côlon mais elle ne s’étend jamais ni plus haut vers l’intestin grêle, ni plus bas vers l’anus et le périnée.

Il s’agit d’une maladie chronique évoluant par poussées, entrecoupées de phases de rémission pendant lesquelles le patient n’a pas de symptômes.

QUELLE EST SON ORIGINE ?

+ -

L’origine de la RCH reste encore inconnue et de nombreuses recherches sont en cours mais plusieurs facteurs semblent impliqués :

  • La génétique : parents ou frères et sœurs, si ta famille proche est touchée, les probabilités de développer la maladie sont augmentées
  • L’environnement : la RCH est très rare chez les sujets ayant été opérés de l’appendice et est moins fréquente chez les fumeurs… Cela dit, ce n’est pas une excuse pour t’enfiler un paquet de cigarettes, ça n’arrangera pas tes affaires
  • Le système immunitaire : un système immunitaire un peu revêche pourrait être en cause dans l’apparition de la maladie
  • Le microbiote : quand le microbiote va, tout va – et inversement
  • Le stress serait un facteur aggravant. Keep cool !

Quel traitement contre la RCH ?

+ -

Le diagnostic repose sur plusieurs critères cliniques, biologiques (analyses sanguines et fécales) et d’imagerie médicale qui permettront de voir ce qui se passe réellement là-dedans. Il n’existe pas de traitement curatif mais les médicaments permettent de limiter l’apparition des poussées et de prolonger les phases de rémission. Ils visent également à maintenir la qualité de vie des malades, très souvent impactée par la maladie.

Quel régime alimentaire adopter ?

+ -

L’alimentation est un vrai sujet d’inquiétude pour les malades. Nombre d’entre eux suppriment des aliments ou même des groupes alimentaires entiers par crainte de leur supposé impact négatif sur leurs intestins : fruits, légumes, légumineuses, produits laitiers… Une éviction qui a souvent des conséquences néfastes, tant sur le plan physiologique que psychologique, et qui s’avère bien souvent inutile ! N’oublions pas que les rôles premiers de l’alimentation sont nombreux : maintenir un bon état général, t’apporter de l’énergie, booster ton système immunitaire, contribuer à la cicatrisation ou encore participer à la notion capitale de plaisir (le kiff Jeannine) !

Aujourd’hui, aucune recommandation officielle de régime ne peut être proposée pour modifier l’inflammation. Par contre, et c’est important : des études prouvent qu’une alimentation équilibrée fait partie des recommandations médicales pour la prise en charge d’une RCH.

Il n’est donc pas utile de te priver en dehors des poussées* ! Mange de tout, en quantités raisonnables et sous réserve de ta tolérance digestive personnelle (on ne fait pas un concours de mangeur de piments si on ne supporte déjà pas le poivre… Élémentaire mon cher Watson !).

Un régime thérapeutique pauvre en FODMAPs pourra également être prescrit si un syndrome de l’intestin irritable (SII) vient compléter le tableau de ta rectocolite hémorragique. Cette méthode permet, chez 75% des personnes atteintes de SII, de soulager (voire même de supprimer !) les maux qui impactent leur quotidien et leurs intestins (gaz, ballonnements, troubles du transit,…). Note bien que cette méthode ne permet pas de guérir le SII - car ce sera ton ptit pote à vie - mais bien de réduire son emprise sur la qualité de vie. La méthode low FODMAPs doit être instaurée et suivie par un(e) diététicien(ne) spécialisé(e) et formé(e) pour être bien réalisée, efficace sur tes symptômes et sans risque pour ta santé.

*Attention toutefois : Si des sténoses ou d’autres complications liées à ta pathologie ont été décelées, des conseils diététiques te seront donnés par ton médecin et un(e) diététicien(ne). Un régime spécifique pourra également t’être prescrit à court terme pour soulager une poussée aigüe si ton médecin l’estime nécessaire.

ET LES PROBIOTIQUES DANS TOUT ÇA ?

Ton microbiote a besoin de renfort !

Probiotiques naturels l'Indispensable DIJO

Ton microbiote peut être perturbé dans le cadre d’une maladie intestinale. Il peut donc s’avérer pertinent de prendre des probiotiques en complément de ton traitement médical pour rééquilibrer tout ça si, en dehors des poussées, tu as certains symptômes qui persistent. La flore intestinale est comparable à ton empreinte digitale, personne n’a la même… Un traitement qui fonctionne pour ton voisin ou ta sœur n’aura peut-être aucun effet (ou des mauvais) sur toi ! Il est donc nécessaire d’en référer à ton professionnel de santé pour qu’il t’apporte ses conseils et avis selon ta situation. Chacun sa flore, chacun sa réponse !

L'Indispensable probiotiques

€40,00