CLOSE-UP SUR LE FOIE !

CLOSE-UP SUR LE FOIE !

Le foie est un organe vital à l’origine de nombreuses fonctions de notre organisme. Il est notamment impliqué dans la régulation de la glycémie, le stockage des vitamines, la synthèse de protéines, la sécrétion de la bile facilitant ainsi la digestion, ou encore l’élimination des toxines. Ce dernier point en fait un organe émonctoire, c’est-à-dire un organe d’excrétion des déchets organiques.

Impliqué dans de nombreuses fonctions nutritionnelles, notamment de métabolisme, il peut être mis à l’épreuve par de mauvaises habitudes alimentaires et/ou la consommation de produits libérant des toxines (alcool, tabac, médicaments,…). Ses fonctions peuvent ainsi être perturbées et engendrer, à terme, des soucis de santé.

Il est donc important de ménager cet organe si important au bon fonctionnement de notre organisme. Cela ne signifie pas qu’il faut éviter tout écart, mais plus qu’il faut s’intéresser aux moyens qui existent pour maintenir un foie en bonne santé. 

Voici quelques bonnes habitudes à mettre en place pour cela :

#1 - Limiter alcool, produits sucrés, et charcuteries

Il est bien connu qu’une trop grande consommation d’alcool est délétère pour le foie. Il détruit les cellules hépatiques et entraîne des dépôts graisseux. Il est donc important d’en consommer avec modération.

D’autre part, la lipogenèse est une voie métabolique qui, comme son nom l’indique, synthétise des acides gras (à partir du glucose). Ce phénomène a lieu dans le foie ; outre les cellules graisseuses qui peuvent s’y accumuler, cela peut créer un phénomène d’inflammation. Le foie aura alors des difficultés à se régénérer et pourra s’intoxiquer. Pas de panique cependant, la lipogenèse n’intervient qu’en cas de surconsommation élevée de sucre, car le glucose est utilisé en priorité par d’autres voies métaboliques.

Les charcuteries et viandes grasses devraient également être limitées : de par leur richesse en graisses saturées et en mauvais cholestérol, elles favorisent l’accumulation de toxines dans le foie.

Si les problèmes de consommation persistent, ils peuvent engendrer des pathologies plus sérieuses. Cependant, ces aliments ne sont pas à diaboliser, ils font partie du plaisir alimentaire, et c’est un facteur non-négligeable. Il faut seulement en réguler la fréquence.

 

#2 - Boire du thé vert

Des alliés existent chez les plantes afin de maintenir un foie sain. L’allié détox le plus commun et facile à trouver, c’est le thé vert. Plusieurs études vantent ses mérites sur sa capacité à réduire l’accumulation des graisses, en augmentant le métabolisme des lipides et en supprimant l’inflammation. Les catéchines du thé vert réduisent le mauvais cholestérol, le cholestérol total et le taux de triglycérides. Tous ces facteurs participent à la protection des cellules du foie, et le maintiennent en bonne santé.

Il permet également d'accélérer l’élimination de l’alcool et des toxines, représentant ainsi une bonne aide aux fonctions du foie.

En plus, le thé vert engendre de nombreux bénéfices en dehors de ceux liés au foie : contrôle du poids, prévention de certains cancers, réduction de l’hypertension,... 

Attention cependant à ne pas en abuser, et à en discuter avec un médecin si vous souffrez d’une pathologie et/ou suivez un traitement.


#3 - Consommez des aliments favorisant l'élimination des toxines

Plusieurs pratiques et aliments participent au drainage de l’organisme (ou détox). 

Pour nettoyer le foie, rien de mieux que les agrumes. Une cure de 21 jours de jus de citron dilué dans de l’eau tiède tous les matins permet aisément de détoxifier l’organisme en ranimant la production de bile.

Également, le pamplemousse favorise l’élimination des triglycérides grâce à la naringine et à l’auraptène qu’il contient.

Les fonctions du foie peuvent également être stimulées par l’artichaut. Les feuilles de sa tige stimulent la sécrétion biliaire selon certaines études. Ainsi, la cynarine présente dans l’artichaut dynamise la production biliaire, ménageant le foie, ce qui facilite la digestion et prévient les troubles digestifs.

Enfin, pour mieux évacuer les toxines, vous pouvez faire confiance aux composés soufrés de l’ail et de l’oignon qui activent les enzymes dans le foie. Cru ou cuit, l’effet est le même, mais attention à ne pas les manger crus si vous souffrez de problèmes de thyroïde.


#4 - Entreprenez une cure Détox foie Dijo 

A chaque changement de saison, on conseille une cure détox afin de faciliter le travail du foie qui peut être malmené par nos modes de vie et notre alimentation. Notre cure Détox Foie est une association de 4 plantes au pouvoir hépatoprotecteur et/ou drainant.

Elle contient de la poudre de chrysanthellum, reconnue pour ses vertus, notamment cholérétiques, c’est-à-dire relatives à la production de bile, assurant ainsi une bonne digestion. Si vous êtes sujet aux calculs biliaires (et rénaux) cette plante a également la capacité d’améliorer l’évacuation de ceux-ci s’ils sont non calcifiés et pas trop imposants. Cette cure contient également du desmodium, une plante améliorant le confort et le bon fonctionnement hépatique, et aux propriétés drainantes. Le romarin et le chardon marie, également inclus dans la composition de la cure, stimulent le foie et la vésicule biliaire, et traitent les pathologie hépatique. 


Indépendamment efficaces, cette combinaison de principes actifs réunis en une gélule agit en synergie pour détoxifier le foie, optimiser son fonctionnement et sa régénération cellulaire.


Sources :

[1] Liu, C., Guo, Y., & Li, Q. (2019). Six types of tea reduce high-fat-diet-induced fat accumulation in mice by increasing lipid metabolism and suppressing inflammation. Consulté le 14 Octobre 2021, sur https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/30907897/

[2] Llopis, L. (2017). Les plantes médicinales pyrénéennes et leurs utilisations thérapeutiques dans les pathologies bénignes. Consulté le 14 Octobre 2021, sur https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01492051/document

[3] Kraft, K. (2021). Artichoke leaf extract — Recent findings reflecting effects on lipid metabolism, liver and gastrointestinal tracts. Consulté le 14 Octobre 2021, sur https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/23195590/