Beauté in & out : l’influence du microbiote sur la qualité de la peau

Le microbiote intestinal influence la beauté de la peau | DIJO l'expert du ventre, de la digestion et des probiotiques

En matière de beauté, on camoufle, on estompe, on traite seulement, là où en réalité, on devrait s’intéresser à la source du problème. On sait maintenant qu’il existe un lien entre le ventre, notamment notre microbiote, et la peau. En effet, les recherches tendent à démontrer l’influence de l’alimentation sur la composition de notre microbiote et sur l’aspect de notre peau. Et si on s’intéressait un peu plus à la beauté in pour faire ressortir la beauté out ?


Comment la santé du ventre influence-t-elle l’aspect de la peau ?

Certains facteurs de risque auront pour effet de dérouter le bon fonctionnement de notre organisme, et plus précisément de notre ventre. Le premier ? Il s’agit sûrement de l’alimentation. Sur-industrialisée, remplies d’additifs et de pesticides, trop chargées en sucre et en mauvais lipides, etc. Ces changements considérables de notre alimentation depuis quelques décennies ont nettement participé au déséquilibre du microbiote qui touche la population, à des degrés plus ou moins importants. Les chercheurs ont récemment mis en lumière l’existence d’un axe microbiote intestinal-microbiote cutané. Ces deux flores sont étroitement liées et lorsque l’une se porte mal, cela se répercute inévitablement sur l’autre. 

De plus, c’est une réaction en chaîne, puisque ce déséquilibre, appelé dysbiose, est l’une des premières causes de porosité intestinale. Nous avons déjà évoqué ce sujet de façon plus détaillée dans l’article “La porosité intestinale, c’est quoi ?”. Il s’agit d’une affection de la barrière intestinale qui devient trop perméable et laisse passer des substances étrangères et des toxines transitant ensuite dans tout l’organisme. De ces deux phénomènes, il en résulte une inflammation et un transport de toxines, qui peuvent entre autres toucher la peau, engendrant ainsi toutes sortes de dommages sur celle-ci : excès d’impureté, perte de souplesse, grain de peau dégradé, sécheresse, peau terne et dévitalisée… 

Dans d’autres cas, les atteintes sont encore plus importantes avec l’apparition d’acné, d’eczéma, de psoriasis, etc. 

Il faut toujours garder à l’esprit que la peau est un organe émonctoire, en charge de l’élimination des déchets, et son aspect est donc régulée par la surcharge de toxines. C’est pourquoi il est primordial de favoriser le bien-être à l’intérieur, pour rayonner à l’extérieur.


Quelques conseils pour prendre soin de sa peau de l’intérieur :

#1 - Se supplémenter en probiotiques

On le sait, les facteurs de risque de dysbiose sont omniprésents dans nos modes de vie actuels et de plus en plus difficiles à éviter. C’est pourquoi la supplémentation en probiotiques reste la méthode privilégiée pour pallier ce problème. En rétablissant l’ordre dans le microbiote intestinal on le rétablit également dans le microbiote cutané qui lui est intrinsèquement lié, et on réduit les phénomènes d’inflammation.

L’indispensable probiotiques réunit 8 souches et 28 milliards d’UFC, pour faire le plein de bonnes bactéries, renforcer son microbiote et ainsi soulager de nombreux symptômes dont ceux de la peau. Nous avons entièrement repensé la chaîne de production pour s’assurer de la fraîcheur de nos micro-organismes, fabriqués en France, jusqu’à leur consommation.

#2 - Consommer des prébiotiques 

Pour maximiser les actions des probiotiques, rien de mieux que les prébiotiques ! Il s’agit de fibres, qui, en plus de participer au confort intestinal, aident  les bactéries à se développer et à prodiguer le maximum de bénéfices possible. On en trouve dans de nombreux aliments riches en fibres : banane, framboises, carottes, radis, artichaut, poireaux, ail, oignons, blé, orge, seigle, graines de chia, graines de lin, noix, pistaches, … Ils permettent également de maximiser les chances que les microorganismes arrivent en nombre à destination, dans les intestins, et surtout dans le côlon. On rappelle que les recommandations d’apport en fibres se situent aux alentours de 25 à 30 g par jour. 

#3 - Avoir une alimentation saine de manière générale

Si les fruits et légumes font rayonner la peau depuis l’intérieur, grâce aux nombreuses fibres, micronutriments et antioxydants qu’ils contiennent, d’autres aliments favorisent des problèmes cutanés. C’est le cas des aliments riches en sucres, qui stimulent la production de sébum et donc l’apparition d’imperfections. Une consommation excessive de sel est également délétère à la beauté de la peau, puisqu’il assèche la peau et la rend plus terne. Enfin, on évitera également les aliments trop riches en gras si l’on souhaite en finir avec la peau grasse.

#4 - Boire assez d’eau

On hydrate souvent sa peau grâce à des crèmes en tout genre, mais l’hydratation de la peau passe également (et surtout) par l’hydratation de l’organisme entier. En effet, 30% de nos réserves d’eau se trouvent dans nos cellules cutanées, donc on n'oublie pas de boire assez dans la journée, soit minimum 2 litres quotidiennement.

La cosmétique pour faire rayonner sa peau c’est une bonne initiative, mais pensez à la préserver de l’intérieur également !

 

Sources :

[1] Roudsari, M. R., Karimi, R., Sohrabvandi, S., & Mortazavian, A. M. (2015). Health effects of probiotics on the skin. Critical reviews in food science and nutrition, 55(9), 1219–1240. https://doi.org/10.1080/10408398.2012.680078

[2] Al-Ghazzewi, F. H., & Tester, R. F. (2014). Impact of prebiotics and probiotics on skin health. Beneficial microbes, 5(2), 99–107. https://doi.org/10.3920/BM2013.0040

[3] Soliman, Y. S., Hashim, P. W., Farberg, A. S., & Goldenberg, G. (2019). The role of diet in preventing photoaging and treating common skin conditions. Cutis, 103(3), 153–156.

[4] O'Neill, C. A., Monteleone, G., McLaughlin, J. T., & Paus, R. (2016). The gut-skin axis in health and disease: A paradigm with therapeutic implications. BioEssays : news and reviews in molecular, cellular and developmental biology, 38(11), 1167–1176. https://doi.org/10.1002/bies.201600008

[5] De Pessemier, B., Grine, L., Debaere, M., Maes, A., Paetzold, B., & Callewaert, C. (2021). Gut-Skin Axis: Current Knowledge of the Interrelationship between Microbial Dysbiosis and Skin Conditions. Microorganisms, 9(2), 353. https://doi.org/10.3390/microorganisms9020353